Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

Video transcript

Making Wrestling Masks

An interview with Marc Éthier, a craftsperson who makes wrestling masks in Timmins. His work is found all over Mexico, Japan, the US and Canada. As a young boy, his grandmother took him to see matches on the Quebec wrestling circuit. That´s when Éthier started taking an interest in wrestling masks, mainly thanks to the American masked wrestler Bill Eadie, better known as “Masked Superstar” and “Demolisher Ax.”



Réalisateur: Eric Bachand
Production year: 2017

Accessibility
Change the behavior of the player

video_transcript_title-en

MARC ÉTHIER, un fabricant de masques de lutte, est dans son atelier. Plusieurs affiches de lutteurs autographiées ornent les murs.


MARC ÉTHIER

C'est pas tout le monde

qui aime la lutte. Par exemple:

«Qu'est-ce que tu fais

dans la vie?» «Bien, je fais

des masques de lutte et j'aime

la lutte.» «Ah, OK.»


Titre :
TFO 24.7


MARC, dans son atelier, accorde une entrevue. Des images le montrant au travail sont présentées durant son entrevue.


MARC ÉTHIER

J'ai commencé à coudre quand

j'avais 6 ans, 7 ans. J'avais

commencé à faire des

(mot_etranger=EN]sleeping bags[/mot_etranger)

pour mes figurines de

G.I. Joe de 12 pouces puis là,

j'ai appris à coudre les trous

dans mes bas et dans mes

chemises. C'était pas commun.

J'étais comme toujours unique.

Les fabricateurs de masques,

c'est surtout populaire au

Mexique. Ça, c'est le numéro 1.


La photographie d'un mur sur lequel des dizaines de masques de lutte sont accrochés est présentée.


MARC ÉTHIER

Deuxième, ce serait au Japon.

Il y a une différence entre les

masques, mais c'est plutôt les

couleurs. Elles sont vraiment

vivantes. Ça «pop», ça sort.

Au Japon, eux autres,

ce serait comme des masques

faits en genres de monstres,

des affaires de même.

Godzilla. On dirait

que ça sort d'un

(mot_etranger=EN]movie[/mot_etranger)

.

Différents modèles de masques conçus par MARC sont présentés.


MARC ÉTHIER

J'ai commencé à faire

des masques en 2006. Moi,

quand je les fais, c'est pas mal

traditionnel. Il y a tout

de même moins sur le masque,

il y a pas grand-chose dessus,

mais c'est encore l'affaire

qui est la plus belle pour moi.

Les masques que je fais, c'est

plutôt pour des collectionneurs.

Il y en a des personnes que je

connais, elles peuvent en avoir

des centaines et des centaines

de masques dans leur collection.


Les photos de lutteurs qui ornent les murs de l'atelier de MARC sont présentées.


MARC ÉTHIER

Ça serait beau d'avoir un

lutteur qui me contacterait pour

lui faire un masque. Mes masques

sont pas mal rendus tout partout

au monde: au Mexique, au Japon,

aux États, pas mal au Canada,

en Europe, tout partout.

Pour faire un masque de lutte,

ça peut prendre quatre heures

pour un masque. Ça peut

prendre jusqu'à 12 heures pour

un masque. Mes masques, ils vont

durer des années de temps.


MARC regarde sur son ordinateur un combat de lutte.


MARC ÉTHIER

Ah non!


MARC poursuit l'entrevue.


MARC ÉTHIER

L'inspiration pour mes masques,

je pogne ça de pas mal n'importe

quoi. Je regarde la télévision,

des magazines, des revues.

Je peux passer à côté

d'une bâtisse que quelqu'un

avait fait du graffiti

dessus avec la peinture.

Il y a même une fois, j'étais

chez un ami et j'ai regardé par

terre son tapis qu'il y avait

sur le plancher. Il y avait

toutes sortes de différents

designs et tout. J'ai pris un

portrait de ça et j'ai fait un

masque de même. Porter un masque

en lutte, c'est une affaire

que tu pouvais être anonyme.


Des images montrent des lutteurs qui enfilent leur masque avant une soirée de lutte, puis des images de cette soirée sont présentées.


MARC ÉTHIER (Narrateur)

La lutte professionnelle est

bien plus populaire au Mexique.

Pour eux autres, c'est comme

une vraie tradition. C'est

un honneur pour eux autres

de porter un masque.

Si vous êtes en train

de lutter et il se fait enlever

son masque pendant son match,

il n'est plus capable de porter

un masque après ça. Sa face a

été déclarée. Le monde, les

fans, ils savent qui c'est. Il

ne peut plus porter un masque.


MARC poursuit l'entrevue dans son atelier.


MARC ÉTHIER

Il y a bien des lutteurs masqués

professionnels au Mexique,

ils sont décédés puis pour leurs

funérailles, ils sont couchés

dans leur cercueil et ils ont

encore un masque sur eux autres.


MARC porte au bras droit un tatouage représentant un masque de lutteur.


MARC ÉTHIER

C'est bien sacré.

J'aimerais ça qu'il y ait

plus de lutteurs qui portent

des masques aujourd'hui dans

la lutte. Tu vois, tu regardes

quelqu'un, les lutteurs et

ils se ressemblent tous pareil.

Ils ont tous les cheveux,

mettons la moitié, les cheveux

blonds, l'autre moitié, noirs.

Ils portent de la peinture,

les mêmes costumes. Ils ont tous

le même style. Les lutteurs

avec des masques, ils ont

toujours un style mystérieux.

C'est toujours quelque chose pas

comme les autres. Il y a toutes

sortes de passions dans la vie.

Pour moi, faire un masque de

lutte, c'est pour voir la fierté

de ce que je suis capable

de faire avec mes deux mains, de

voir le matériel que je commence

avec, voir l'affaire finale.

C'est 100 % un art tant qu'à moi.


Des pochoirs utilisés par MARC pour la confection de ses masques sont présentés.

Episodes of TFO 24.7

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par